Demande de Renseignements :  06 02 35 81 41
Balade, randonnée montagne et raquette à neige Ariège

le dahu ariégeois

Les cols de l'Espoirs - Pyrénées

Samedi 9 juin 2019
Mercredi 10 juillet 2019
Samedi 12 octobre 2019
Nombres de jour :

1

Dénivelé :

500m D+

Difficulté :

Niveau requis :

Chaussure trail 2
Chaussure trail 2

Sur les traces des passeurs de la deuxième guerre – Pyrénées.

Sur les plateaux d’estive, venez revivre une des grandes aventures des chemins de la liberté ayant eu lieu durant la seconde guerre mondiale.  Des passages souvent risqués que des hommes et des femmes ont franchis, au péril de leur vie, afin de rejoindre l’Espagne.

Nous vous proposons deux randonnées “Histoire en Ariège” :

L’aventure de Piston le Passeur Ariégeois et Le passage tragique du roc de Miglos

Prestation marquée valeur Parc Naturel Régional.

> Si vous venez de loin, contactez nous pour avoir des bons plans d’hébergement en Ariège au plus proche du lieu de la sortie.

Dates des sorties cols de l’espoir Pyrénées

  • Samedi 9 juin 2019 – Histoire de Piston
  • Mercredi 10 juillet 2019 – Histoire de Piston
  • Samedi 21 septembre 2019 – Passage tragique du roc de Miglos

Les premières réservations réajustent le calendrier. Vous pouvez nous contacter pour nous proposer une nouvelle date.

Niveau des sorties – Histoire des Passeurs

  • Histoire de Piston – Le mont Ceint

A partir du niveau moyen 2/5, moins de 500 m de dénivelé positif. Possible pour les enfants à partir de 10 ans.

  • Histoire du passage tragique du roc de Miglos

A partir du niveau moyen 3/5, environ 700 m de dénivelé positif. Possible pour les enfants à partir de 15 ans.

  • Interdit aux femmes enceintes, aux personnes cardiaques et aux personnes ayant un problème médical qui pourrait avoir des complications lors d’une pratique d’une activité physique.

Estimer votre niveau

Tarif de la sortie – Histoire des passeurs

  • 30€ par adulte.
  • 20€ par enfant. (- 15 ans)
  • 80€ Tarif Famille 2 adultes et 2 enfants.
  • Tarif groupe sur devis.

Option

  • 10€ le pique nique du terroir

Voir nos conditions de ventes


Le tarif comprend :

  • l’organisation, la responsabilité civile,  l’accompagnement en montagne.
  • Le matériel pédagogique.

Le tarif ne comprend pas :

  • Les transport, l’alimentation et les assurances rapatriement et annulation.
  • Nous pouvons vous proposer une assurance annulation à 7% du montant.

Les passages à travers les Pyrénées ariégeoises 1940-1944

  • Introduction

Randonnées de la mémoire, Chemin de la liberté de la seconde guerre mondiale de 1940 à 1944. Les Pyrénées Ariégeoises ont permis à des hommes, des femmes et des enfants d’échapper à l’oppresseur nazi. 
Ils ont gagné l’Espagne grâce a des hommes anonymes qu’on a appelé les passeurs.

  • La frontière des Pyrénées

A la suite de l’Armistice de Rethondes du 22 juin 1940 entre la France et le Reich Hitlérien. Le pays est séparé en deux par une ligne de démarcation séparant la zone nord, occupée par les troupes allemandes, de la zone sud placée sous l’autorité du gouvernement de Vichy présidé par le maréchal Pétain. Hitler n’a pas reçu l’accord de Franco pour traverser l’Espagne.
Géographiquement, l’Ariège est située sur la frontière espagnole et andorrane. Les deux pays frontaliers ont alors un statut non belligérant, d’une part,  et offrent

, d’autre part, la voie la plus pratique pour rejoindre l’Afrique du nord d’où s’organise l’armée qui combat les forces ennemies.

Ils voulaient quitter la France occupé pour rejoindre l’Espagne !

Malgré le contrôle serré des autorités d’occupation, cette zone devient le lieu de transit pour de nombreuses personnes fuyant le régime nazi ou voulant poursuivre le combat au sein de la France Libre du général de Gaulle.

Les Allemands ne sont pas encore en Ariège. Mais, le nouveau pouvoir en place (via la préfecture, la police…) applique son programme (souvent dicté par celui d’Hitler) : répression contre les Juifs, les Communistes…

  • Des évasions souvent risquées

Des anciens militaires (français, belges, Anglais…) veulent franchir la frontière des Pyrénées dans le but de rejoindre une ambassade alliée tout en évitant les prisons espagnoles et le refoulement en France. Anglais, Belges, Polonais notamment mettent rapidement en place des réseaux d’évasion en relation avec des (filières) à partir de Foix et à partir de Saint Girons pour que leurs ressortissants soient libres. Rapidement, des passeurs et des candidats à l’évasion sont arrêtés… 
Des réseaux s’organisent mieux, cachettes, guides, circuits, faux papiers, renseignements….c’est le début de la «Résistance souterraine».

Ils diversifient leurs misions : renseignement, passage d’aviateurs, de prisonniers de guerre évadés, Français ralliant la France Libre et réfractaires du service du travail obligatoire, Juifs et autres réprouvés du nazisme. Les passages se multiplient à travers les vallées de l’Ariège.

Les passeurs permettent de franchir les Pyrénées sous la surveillance des Allemands.

Les conditions géographiques et climatiques rendent d’autant plus difficiles et périlleuses les traversées, mais indispensable pour tromper la vigilance des soldats nazis, de la gestapo ou de la milice. Les compétences et le courage des habitants sont mis à contribution.

Ces résistants locaux fournissaient habits, nourriture et cache en prenant de grands risques pour eux même. Ayant atteint la montagne, les hommes étaient alors regroupés dans un endroit secret et répartis en petits groupes pour affronter l’ascension nocturne finale vers la frontière espagnole.

  • Durcissement de la surveillance des frontières

Le 11 novembre 1942, les troupes allemandes envahissent ce qui était la zone dite libre. Des garnissons s’établissent en Ariège : Foix, Saint-Girons, Pamiers… Des douanes allemandes contrôlent les frontières, s’imposent comme unique force de surveillance de la frontière avec l’Espagne.

On dit que les Allemands ont obtenu un droit de poursuite directe jusqu’à une distance de 10km de la frontière espagnole.

L’Ariège est bel et bien occupé.

La surveillance allemande était composée en plus des troupe de douaniers « La Grenzschutz »et Les « Gebirgsjäger » l’équivalent de nos chasseurs alpins. Il y a parmi eux beaucoup d’Autrichiens et de Bavarois, tous avec une bonne connaissance de la montagne. Les Allemands obligent les douaniers français à monter les chemins traversant les Pyrénées.

Les évadés militaires augmentes considérablement suite au débarquement en Afrique nord par les Alliés, les passeurs prennent plus de risques. Ces guides empruntent se des chemins sont de plus en plus escarpés pour ce dissimuler. Plusieurs sentiers d’évasion ont donc été pratiqué en Ariège pour passer les cols frontaliers.

De son côté, la Milice (corps armé au service du gouvernement de Vichy), les Allemands et les services de police ou de gendarmerie se font de plus en plus agressifs : des arrestations, des déportations, des exécutions ou des incendies…

En février 1943, la région est déclarée zone interdite alors même que les rafles de Juifs augmentent et que l’obligation de partir travailler en Allemagne se fait plus pressante. 

La surveillance Espagnole laisse croire qu’ils perméabilisent leur frontière. Bien sûr il a eu des sympathisants actifs, mais il faut vraiment attendre la garantie de la victoire des Alliés pour que les Espagnols comprennent un intérêt frontalier avec la France.

Les Passeurs ont joués un vrai rôle dans la résistance français et la continuité des combats avec les alliés.

  •  Conclusion

 
D’après des statistiques officielles,il y eu 33 000 évasions réussies, 
par les français entre 1940 et 1944 sur toute la chaîne pyrénéenne.
 

On estime que plus de 3000 personnes ont transité par l’Ariège pour passer en Espagne ou en Andorre…Parmi cela 782 ont passé les hautes montagnes de l’Ariège. Un maximum sont passée en juin 1943 : 113 évasions réussies par où proche du chemin de la Liberté.
En tout ce furent plus de 100 passeurs qui furent arrêtés et déportés ou tués sur le champ alors qu’ils essayaient de s’échapper par delà les montagnes.  Environ 450 ariégeois seront déportés (soit un pour 330 habitants, le taux le plus élevé de France). De nos jours, grâce au succès de la réouverture du Chemin de la Liberté, au minimum trois autres chemins de passages oubliés sont en bonne voie d’être rouverts et balisés.

> En lire plus … 

4) Votre équipement sortie randonnée

4-1) Votre tenue au moment du départ

  • Une paire de chaussures de marche agripante.
  • Une veste imperméable en cas de pluie.
  • Vêtement chaud en cas de froid.
  • Téléphone portable.

4-1) Sac à dos

  • Une paire de lunette de soleil, crème solaire.
  • Une gourde d’1 litre minimum. (pas de poche à eau, risque de gel en hiver)
  • Barre de céréales.
  • Votre appareil photo et jumelles (Optionnel)
  • Vos papiers identité, carte CAF (éventuellement), Argent de poche.
  • Assurance rapatriement (Carte bleu, carte caf, Assurances diverses)

4-3) Equipement mal adapté

Toute personne au moment du départ qui aura une tenue ou un équipement mal adapté, se verra refuser le séjour. Aucune indemnité ne sera versée.

Lieu de rendez-vous de la sortie histoire des Passeurs

Le rendez-vous sera à 9h00 a l’étang du Port de Lerz  – Ariège (Cet horaire et ce lieu de rendez-vous peuvent être modifiés. Cette information vous sera transmise). 

Avis et recommandation

  • Plus de 160 avis 4,8/5 –
  • Ils m’ont fait confiance, vous pouvez leur faire confiance.
  • Retrouvez ces avis sur  FacebookTripadvisor ou Google B